lundi 11 avril 2011

Le Coaching... un "truc" à la mode!...

Ben voyons!!! Notez bien, il suffit de taper "C-O-A-C-H-I-N-G" dans la barre de recherche de GOOGLE pour se retrouver à la Samaritaine de l'accompagnement... 

Et il y en a pour tous les goûts, et toutes les couleurs!!! Beaucoup d'écoles, de centres de formation au Coaching... A croire que la formation au Coaching est devenu un business plus juteux que le Coaching lui-même!

Et puis alors, du Coaching, vous en avez à toutes les sauces!!! Pour "s'améliorer", pour "vivre mieux", "pour "manager mieux", pour "manger mieux", pour "maigrir", pour "draguer" pour "acheter son appartement", pour "acheter sa voiture", pour "avoir son bac", pour "décorer sa maison", pour "chanter", pour "tout", pour "rien"!!! 
Sans parler des émissions de "télé-réalité", style "Le Grand Frère", et autre bêtise du genre...

Pas étonnant que les "clients" soient "perdus", et qu'ils tombent de l'armoire quand on leur explique vraiment de quoi il retourne... 
"Ah, vous n'allez pas me donner de conseil?!?!"
"Ah, vous n'allez pas me dire comment faire?!?!"
"Ah, .... Bon...."

Alors le Coaching un truc "à la mode"??? Pas vraiment! Dans la profession, nous aimons à considérer SOCRATE (470-399 av J.C.) comme le premier Coach de l'histoire... Le fils de Phénarète, la sage-femme, disait que, comme sa mère faisait accoucher les femmes, lui faisait accoucher les esprits des pensées qu'ils contenaient déjà...
Son fameux "Connais toi toi-même..." gravé au fronton du Temple d'Apollon à Delphes en serait, en quelque sorte, la quintessence.

Car en effet, le rôle du Coach n'est ni de conseiller, ni d'apporter des solutions "prête à l'emploi", et encore moins de poser que ceci serait "bon" et cela "mauvais"... mais bien de permettre à celui à coté de qui il marche, de se connaître, et se connaître tant et si bien qu'il sera en mesure de prendre les bonnes décisions, de faire les bons choix pour atteindre ses propres objectifs... 

Un des "pré-supposés" du Coahing est que l'Homme est Intelligent: il sait ce qu'il a à faire, et comment il doit le faire...
Parfois, il n'en a juste pas tout à fait conscience: le rôle du Coach est alors de l'amener à être pleinement conscient de ses talents, de ses compétences, de ses ressources... 

Et aussi de ses contradictions... Comme le faisait SOCRATE, il y a... 25 sciècles!


2 commentaires:

  1. Voici une mise au point qui a le mérite de la clarté.La référence à SOCRATE nous conduit vers des considérations qui sont à l'origine même du "coaching moderne".
    En ce qui me concerne, je préfère utiliser la terminologie "d'accompagnement" à celle de "coaching". Quant au processus utilisé dans ce cadre, le terme de "maïeutique" me semble le plus approprié.
    Qu'en pense Guillaume, notre expert?

    Philippe Dieudonné
    Humanum Concept

    RépondreSupprimer
  2. Coaching/Accompagnement: Peu importe le terme, ce qui compte, c'est la démarche, la posture, de celui (celle) qui va réaliser cet accompagnement.
    Par une posture (dite) "basse", le coach (le "maïeuticien") laisse toute la place à son coaché, son client... Il le laisse prendre la voie qui lui convient vers son objectif.
    La référence à la maïeutique est la bonne, dans la mesure ou le coach est là pour faire "accoucher" son client de ce qui est déjà en lui... Comme dit, un des principes de l'accompagnement est que l'homme (le client) EST INTELLIGENT = IL SAIT!
    Parfois est-ce juste "inconscient". En jouant le rôle de "porteur de miroir" le coach fait naître les solutions.

    RépondreSupprimer