vendredi 1 avril 2011

Pourquoi il faut se débarrasser du "Pourquoi?"...

Pourquoi...? 

En voilà une question!!! Et une bien vicieuse!!! 
"Pourquoi as-tu fait ci?"
"Pourquoi ne m'as-tu pas rendu ton reporting à l'heure?"
"Pourquoi avez-vous un trou de six mois dans votre C.V.?"
ad lib. ...

Il pourrait y en avoir des dizaines, des centaines, des milliers d'autres exemples...
Alors quelle bonne raison y-a-t-il à supprimer le "pourquoi" de ma communication? "Parce que"! 

"Parce que..." est la réponse systématique à la question "Pourquoi...?". Elle met mon interlocuteur en position de devoir se justifier, se défendre, prétexter de "ceci" ou de "cela". Elle le met en état d'infériorité. 
En Analyse Transactionnelle (A.T.)* on dira qu'elle le met en position "d'Enfant", tandis que j'occupe la position de "Parent". 

De surcroît, le "Pourquoi", en le mettant directement en question en tant que sujet, renvoie à des causes qui sont "intrinsèques" à celui à qui je m'adresse. Des causes parfois très profondes, liées à son Histoire, sa personnalité.

Il apparait que cela déséquilibre la relation et nuit à une communication constructive qui ne peut s'instaurer que dans le plan "Adulte", définit dans l'A.T.*, là où mon interlocuteur et moi sommes au même niveau, celui du factuel, de la réflexion constructive, dans une "transaction" d'égal à égal, dans "l'ici et maintenant".

Alors comment faire pour désamorcer le "Pourquoi" et ses effets funestes? Simplement en changeant de tournure de questionnement! Si je reprends les trois exemples ci-dessus:

"Qu'est-ce qui t'as amené à faire ci?"
"Comment se fait-il qu'il y ait eu du retard dans la restitution de ton reporting?"
"A quoi vous êtes vous occupé(e) pendant ces six mois où vous n'avez pas travaillé?"

Du coup, le sujet est "décentré", ce n'est plus mon interlocuteur qui est en question, mais les circonstances, le contexte. Il n'est donc plus en position de se justifier, mais peut se focaliser sur l'enchaînement des faits.
Et quand bien même il serait seul responsable de la situation qui pose problème, au moins sommes nous dans un mode de communication "ouvert" et qui ne met pas l'Autre en question en tant que "sujet".

Dans le quotidien, quand on me pose la question "Pourquoi?", je réponds "Peu importe le pourquoi!... Cherchons plutôt une solution!".
Essayez! Vous m'en direz des nouvelles!!! 

En entretien de Coaching, j'ai un truc: je remplace systématiquement le "Pourquoi?" par "En Quoi?". Ça me permet d'ouvrir le champ, d'élargir la réflexion de mon Accompagné(e), sans le(la) remettre en cause. 
Le "En Quoi?"  l'oblige à réfléchir sur ce qui va advenir, sur les conséquences, les bénéfices, et non sur les causes où les raisons...

C'est là que le Coach s'occupe du "Comment", et le Psy du ... "Pourquoi"!


*L’Analyse Transactionnelle (AT) est une théorie de la personnalité et de la communication. Cette théorie a été fondée par Éric Berne, médecin psychiatre américain, dans les années 1950 à 1970. Je reviendrai sur l'A.T. dans d'autres billets... C'est un très bon outil d'analyse de nos relations, et des "jeux" que nous jouons en permanence avec ceux qui nous entourent. 
Voir le très bon WIKI à ce sujet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire